prairie

Une recharge en partie artificielle

B3b exemple outil recharge nappe prairiesLa nappe de la Crau a un fonctionnement très particulier par rapport au fonctionnement des nappes souterraines méditerranéennes classiques.

La profondeur des niveaux d’eau depuis la surface du sol, généralement inférieure à 10 m, fluctue en fonction de la situation géographique mais également en fonction des saisons.

L’alimentation de la nappe est en effet fortement liée aux apports issus de l’excédent d’irrigation gravitaire (2/3 de l’alimentation en eau de la nappe).

B3a exemple evolution niveau nappeSur une grande partie du territoire, il en résulte un régime de fluctuations annuelles artificielles marqué par de hautes eaux en été (irrigations de fin mars à fin septembre) et un régime de basses eaux en hiver contrairement au fonctionnement classique des nappes méditerranéennes. Dans le sud-ouest, les variations montrent des niveaux de hautes eaux en hiver ce qui s’explique par l’absence de prairies irriguées dans ces secteurs et par l’influence de la pluie. L’amplitude des variations de niveau peut aller de 50 cm (secteurs non irrigués) à plus de 10 m (secteurs irrigués).

La nappe de la Crau constitue une réserve estimée à 550 Mm3 qui est fortement sollicitée pour l’alimentation en eau potable des populations mais aussi pour les besoins des activités industrielles et agricoles ce qui tend à fragiliser son équilibre quantitatif. C’est dans ce cadre que le SYMCRAU effectue un suivi piézométrique patrimonial de la nappe.

Le saviez-vous?

  • 1,5 à 72mNGF, niveau de la nappe
  • 0,5 à 10m de battement de nappe
  • 23 points de suivis piezométriques

En savoir + :

Bulletins hydrogéologiques
Cartographie de la piézométrie de la nappe